Israël ne devrait pas attaquer seul l'Iran nucléaire, mais devrait rejoindre une OTAN 2.0

Dernière mise à jour : 23 janv.

Un Iran nucléaire enhardi augmenterait son implication dans le terrorisme et les activités subversives à travers le monde.

Par Boaz Ganor; traduit par David Cohen

Jerusalem Post, 17 janvier 2022


En juillet 2009, six mois après l'élection du président Barack Obama, j'ai été invité à la Maison Blanche par un haut responsable américain. Il m'a demandé mon avis sur la possibilité d'une frappe aérienne israélienne sur l'Iran. La question spécifique était de savoir comment Israël devrait réagir au cas où un « feu jaune » lui serait fourni pour bombarder les installations nucléaires de l'Iran.


Après avoir précisé que je ne représentais ni ne pouvais parler au nom du gouvernement israélien, j'ai partagé mon point de vue avec mon hôte. "Même si les États-Unis donnaient à Israël le feu vert pour attaquer les installations nucléaires iraniennes", ai-je dit, "ils devraient s'abstenir de le faire".


Mon hôte a été surpris par ma réponse. J'ai expliqué les complexités d'une frappe aérienne sur les installations nucléaires iraniennes, qui nécessiterait une attaque simultanée sur plusieurs cibles souterraines fortifiées. Bien qu'une frappe aérienne israélienne puisse endommager ces installations, peut-être même de manière significative, il serait peu probable qu'elle élimine les capacités nucléaires de l'Iran. De plus, j'ai soutenu qu'immédiatement après une attaque israélienne, l'Iran accélérerait sa course pour acquérir la bombe, affirmant qu'elle était essentielle étant donné qu'elle était sous attaque israélienne.


En plus de cela, quelques heures après une frappe israélienne, l'Iran ordonnerait au Hezbollah, son mandataire au Liban, d'activer son arsenal de plusieurs milliards de dollars composé aujourd'hui de plus de 150 000 roquettes iraniennes déployées au Liban dans ce but précis. Le Hezbollah lancerait chaque jour des milliers de roquettes sur les civils israéliens. Cette réponse dite « conventionnelle » aurait le potentiel de causer des dommages stratégiques en Israël et d'infliger un nombre sans précédent de victimes.


Enfin, j'ai rappelé à mon hôte qu'une frappe israélienne conduisant l'Iran à devenir encore plus déterminé à se doter d'une bombe nucléaire aurait le potentiel de déstabiliser la région et le monde entier. La capacité nucléaire iranienne constitue une menace existentielle pour Israël, mais menace également ses pays voisins - les États du Golfe, l'Irak, l'Arabie saoudite et, en fait, l'ensemble du Moyen-Orient et au-delà. Un Iran nucléaire enhardi augmenterait son implication dans le terrorisme et les activités subversives à travers le monde.


Cette conversation a eu lieu il y a 12 ans, mais malheureusement elle est encore plus vraie aujourd'hui. Pour toutes ces raisons, ai-je dit, je ne croyais pas qu'Israël seul doive assumer, au nom du monde entier, la charge d'empêcher l'Iran de développer des capacités nucléaires militaires. J'ai souligné que toute attaque aérienne, plutôt que d'être une opération israélienne solitaire, devrait être menée par une coalition internationale dirigée par les États-Unis, à laquelle Israël serait susceptible de se joindre.


A quoi ressemblerait idéalement cette coalition internationale ?

Je suis d'avis, qu'un nouvel accord nucléaire avec l'Iran soit signé à Vienne ou non, les États-Unis devraient immédiatement prendre la responsabilité de former une alliance militaire - une OTAN 2.0, si vous voulez - afin de dissuader l'Iran d'atteindre une capacité nucléaire militaire, et certainement d'utiliser des bombes nucléaires contre tout autre État à l'avenir.

Cette deuxième OTAN devrait être une large alliance englobant les pays arabes sunnites modérés - y compris les États du Golfe, la Jordanie, l'Égypte et l'Arabie saoudite - ainsi qu'Israël, les États-Unis, les pays européens et peut-être l'Australie et d'autres.


Cette alliance fournirait un parapluie nucléaire aux voisins de l'Iran, évitant ainsi la prolifération nucléaire au Moyen-Orient. L'OTAN 2.0 maintiendrait un organisme de renseignement conjoint et indépendant pour surveiller les activités de l'Iran, qu'il s'agisse de renforcement militaire nucléaire ou conventionnel, de subversion politique, de soutien au terrorisme, etc. Si nécessaire, l'alliance agirait contre l'Iran.


La formation d'un OTAN 2.0 ne nécessite pas le consentement iranien. Il serait sans lien avec tout nouvel accord nucléaire, s'il en était signé un. (En fait, cela pourrait même intensifier l'intérêt de l'Iran à parvenir à un nouvel accord.) L'OTAN 2.0 ne contredirait pas un nouvel accord nucléaire, car tant que l'Iran respecte ses engagements en vertu de l'accord et ne met pas ses voisins en danger, alors aucun conflit ne devrait surgir entre l'Iran et l'alliance.


Il est crucial que l'administration Biden reconnaisse que sans une composante comme l'OTAN 2.0, il y a de fortes chances que tout nouvel accord avec l'Iran soit problématique et ait des implications dangereuses pour le Moyen-Orient et le reste du monde ; il s'avérera également difficile pour les États-Unis d 'appliquer cet accord.


Cependant, la formation de l'OTAN 2.0 ne suffira pas à elle seule à dissuader l'Iran d'acquérir des capacités nucléaires militaires, ou même d'attaquer ses voisins avec une bombe nucléaire une fois qu'il en aura une. Une nouvelle doctrine militaire doit être adoptée vis-à-vis de l'Iran.


Pendant la guerre froide, la doctrine "MAD" -Destruction Mutuelle Assurée- a dissuadé les États-Unis et l'URSS de déployer leur arsenal nucléaire l'un contre l'autre. Le fait de savoir que, si une superpuissance réussissait à surprendre l'autre avec une attaque nucléaire rapide, l'autre côté avait une capacité de seconde frappe qui détruirait l'attaquant, a servi de dissuasion efficace pour déclencher une guerre nucléaire.


Mais la destruction mutuelle assurée ne suffira peut-être pas à dissuader la République islamique messianique et fondamentaliste d'Iran d'utiliser des armes nucléaires. L'OTAN 2.0 devrait donc adopter une nouvelle doctrine militaire ; au lieu de MAD, cette alliance internationale devrait établir une doctrine "AID" - Destruction Iranienne Assurée. Les ayatollahs doivent savoir qu'ils sont surveillés par une alliance nucléaire internationale déterminée, forte et capable qui est prête à tirer et attend juste qu'ils commettent une erreur stratégique.


Le seul espoir de dissuader les dirigeants iraniens est de les persuader que s'ils osent attaquer un membre de l'OTAN 2.0 avec une bombe nucléaire, ils seront détruits. Cela peut les dissuader de franchir le seuil militaire nucléaire et les dissuadera certainement d'utiliser une bombe nucléaire à l'avenir.


En l'absence de la création de l'OTAN 2.0, tout le fardeau de la dissuasion de l'Iran reposera sur les épaules des États-Unis, et avec ce que les Iraniens perçoivent comme une faiblesse, soit un isolationnisme et une hésitation américains persistants, la puissance de cette dissuasion devient discutable.


Sans un « bâton » concret et crédible, l'Iran n'a aucune raison d'accepter une quelconque condition américaine dans les pourparlers nucléaires de Vienne ; même si les dirigeants iraniens finissent par signer un nouvel accord, ils n'hésiteront probablement pas à tromper le monde et à ignorer leurs engagements.


Par conséquent, l'OTAN 2.0 est un facteur essentiel pour parvenir à un nouvel accord nucléaire efficace avec l'Iran, pour sécuriser cet accord et pour dissuader l'Iran de le violer. Si un nouvel accord n'est pas conclu, l'OTAN 2.0 dissuadera toujours l'Iran de franchir le seuil militaire nucléaire et d'attaquer l'un de ses voisins avec une bombe nucléaire.


L'auteur est le fondateur et directeur exécutif de l'Institut international de lutte contre le terrorisme et de la chaire Lauder School for government à l'Université Reichman en Israël.


Note de David Cohen: Idée extrêmement intéressante venant d' un expert israélien en sécurité. Mais est- ce une option réaliste? L'article n'aborde pas ce sujet complexe. Peut- être un futur article répondra à cette question


20 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

La voie de l'isolement dévastera l'économie du pays - même de modestes avancées vers la modernisation ne compenseront pas le fardeau démographique Gilad Malach, Times Of Israel Blog;https://blogs.time