Le monde arabe peut-il se permettre un autre État défaillant ? – opinion

Dernière mise à jour : 7 juin


Beyrouth, autrefois le « Paris du Moyen-Orient », est aujourd'hui la capitale d'un État en faillite, mais ce n'est en aucun cas sans précédent.


Par Mark Regev*

2 Juin 2022, Jerusalem Post

Traduit par David Cohen **


La Tunisie était autrefois considérée comme la seule réussite du printemps arabe, mais le président Kais Saied a dissous le parlement, limogé le gouvernement et assumé des pouvoirs autocratiques. (crédit photo : MUHAMMAD HAMED/REUTERS)


Les élections au Liban, tenues le 15 mai, se sont soldées par une nouvelle impasse politique, perpétuant vraisemblablement la spirale descendante actuelle de ce pays. Mais l'effondrement du Liban n'est pas unique : ce n'est que l'un des nombreux États arabes en faillite ; avec les Palestiniens frappant à la porte pour rejoindre le club.


Les symptômes de la crise libanaise sont clairs. L'économie continue d'imploser, le PIB national passant de 55 milliards de dollars US à 20,5 milliards de dollars US. Les banques libanaises frôlent l'insolvabilité. La monnaie a perdu 95% de sa valeur. Le pouvoir d'achat des consommateurs a disparu, avec une inflation à plus de 200 %. Le chômage monte en flèche et quelque 80 % de la population vit sous le seuil de la pauvreté. La vie quotidienne est devenue de plus en plus difficile : les Libanais connaissent des pannes d'électricité chroniques ; les denrées alimentaires sont de plus en plus rares et chères ; l'approvisionnement en essence est au mieux sporadique ; les médicaments ne sont pas disponibles et les hôpitaux sont incapables de fournir des soins médicaux essentiels. Sans surprise, six Libanais sur 10 quitteraient le pays s'ils le pouvaient.


L'enquête sur l'explosion du port de Beyrouth en août 2020 est emblématique de l'effondrement du Liban; 218 personnes sont mortes y compris quelques 7 000 blessées, mais malgré les promesses visant à identifier les responsables « en quelques jours », l'enquête se perd en méandres sans résultat. Le Hezbollah exige la révocation du président du tribunal après qu'il ait cherché à enquêter sur ses acolytes.



Une bannière représentant Samir Geagea, chef du parti des Forces libanaises chrétiennes du Liban, est vue sur un bâtiment dans un quartier chrétien de Beyrouth la semaine dernière. (crédit : MOHAMED AZAKIR/REUTERS)


L'érosion de l'État libanais est évidente depuis des années dans les forces armées libanaises qui ont été éclipsées quantitativement et qualitativement par les capacités militaires du Hezbollah ; Le mandataire de l'Iran dispose d'un droit de veto effectif sur les décisions prises par les dirigeants nationaux nominaux du pays.


Beyrouth, autrefois le « Paris du Moyen-Orient », est aujourd'hui la capitale d'un état en faillite, mais ce n'est en aucun cas sans précédent. Tripoli est la capitale d'une Libye qui n'existe que de nom. Depuis la chute du dictateur de longue date Mouammar Kadhafi en 2011, le pays est divisé entre des administrations rivales et des chefs de guerre concurrents.


Sanaa pourrait rester la capitale de jure du Yémen, mais les combats ont forcé le gouvernement internationalement reconnu à déménager à Aden. Les rebelles houthis, avec le soutien iranien, ont pris la capitale et prétendent que leur conseil révolutionnaire est le régime légitime.


A Damas, le président Bashar Assad a remporté la guerre civile mais au prix d'un pays détruit et d'environ quatre cent mille personnes tuées. Sur une population d'avant-guerre de 22 millions d'habitants, quelque 13,2 millions de Syriens ont été déplacés de leurs foyers, dont près de sept millions ont fui la Syrie au total.


L'instabilité politique chronique se poursuit en Irak avec le Premier ministre Mustafa Kadhimi à la tête d'un gouvernement intérimaire qui lutte pour régner sur un pays fracturé et déchiré par la guerre et qui fait face aux menaces d'un État islamique renaissant et de milices chiites affiliées à l'Iran.


Bien que tous les pays arabes ne soient pas des états défaillants, aucun pays arabe n'est une démocratie. La Tunisie était autrefois considérée comme la seule réussite du printemps arabe, mais ce n'est plus le cas. Le président Kais Saied a dissous le parlement, renversé le gouvernement et assumé des pouvoirs autocratiques.


Un État palestinien sera-t-il différent ?

Malgré L'échec du printemps arabe et l'absence de démocratie dans le monde arabe, les Palestiniens disent qu'ils seront différents, insistant devant le public occidental sur le fait que leur futur État sera un bastion de la liberté. Pourtant, leur propre dossier d'autonomie gouvernementale soulève de sérieuses questions quant à la véracité d'une telle affirmation.


À Gaza, le Hamas bafoue les droits humains élémentaires et impose au public de se conformer à sa propre vision des pratiques islamiques conservatrices. Au cours des quinze années écoulées depuis son arrivée au pouvoir dans un coup d'état violent, Gaza n'a pas eu d'élections et le Hamas a agi d'une main de fer contre l'opposition interne. Le mouvement islamiste ne tolérera pas les critiques des médias de son régime et réprime les manifestations indépendantes, comme on l'a vu dans sa réponse violente aux manifestations de mars 2019. Les manifestations sur la clôture du périmètre de la bande de Gaza en 2018 étaient tout sauf spontanées ; Le Hamas appelle les manifestants et les arrête conformément à son propre agenda politique.


Sous le régime du Hamas, Gaza est un cas désespéré sur le plan économique et les séries de combats périodiques lancées contre Israël n'ont fait qu'empirer la situation. La réalisation unique du Hamas est sa capacité à éviter de rendre des comptes sur la situation désespérée de Gaza et à transférer avec succès cette responsabilité à « l'occupation ».


En Cisjordanie, Mahmoud Abbas est maintenant entré dans la 18e année de son mandat de quatre ans à la présidence de l'Autorité palestinienne (AP). Bien qu'il existe d'autres partis politiques, son mouvement, le Fatah, dirige effectivement un régime à parti unique. Le seul défi important qui menace le maintien du pouvoir du Fatah est le Hamas, qui, pour l'essentiel, doit travailler dans la clandestinité. Cela permet à Abbas de présenter un choix difficile à la communauté internationale, soit son leadership continu ou une prise de pouvoir par les Islamistes.


Sous Abbas, la société civile indépendante est restreinte, les opposants au régime jetés en prison (certains y sont torturés ou même tués) sans que le pouvoir exécutif soit comptable auprès du parlement ou du pouvoir judiciaire.


Abbas a peut-être publiquement défendu la journaliste Shireen Abu Akleh en tant que martyre, mais il n'a aucune tolérance pour une presse libre, ordonnant la fermeture du bureau d’Al Jazeera d'Abu Akleh lorsqu'il s'est opposé à sa couverture des affaires publiques palestiniennes.


Comme dans d'autres autocraties, ceux qui suivent la politique de l'AP ont tendance à se concentrer sur la santé et la longévité d'Abbas, l'hypothèse répandue étant qu'il ne terminera son mandat que par des causes naturelles. Entre-temps, l'AP souffre d'un processus de « brejnevisation » dans lequel un autocrate âgé amène la stagnation et la paralysie d'un système politique.


Du point de vue d'Israël, il y a peu d'incitation à voir un État défaillant supplémentaire à ses frontières, un terreau fertile pour l'extrémisme, la violence et l'instabilité. Les Palestiniens non plus n'ont aucun intérêt à devenir citoyens d'un autre État défaillant du Moyen-Orient.

Bien que les Accords d'Oslo aient laissé dans le flou le résultat des pourparlers sur le statut final, le consensus international est que la fin du processus devrait produire un état palestinien. L'AP est censée être l'embryon de cet état futur, mais sa situation précaire nécessite une intervention.


Il y a vingt ans, les Américains ont conditionné l'État palestinien à l’édification d'abord d'une « démocratie en exercice » et à l'élection d'une nouvelle direction « non compromise par la terreur ». Il est peut-être temps que la communauté internationale adopte une telle position.


Réflexion après coup : à travers l'Europe et l'Amérique du Nord, il y a ceux qui proclament bruyamment leur soutien aux droits des Palestiniens. Pourtant, ces militants ne se rassemblent pas devant les missions de l'OLP pour demander à l'AP de respecter les droits humains des Palestiniens, et ils ne protestent pas non plus contre l'autocratie théocratique du Hamas. Comment devrions-nous comprendre leur préoccupation singulière pour l'État juif ?


*L'auteur, ancien conseiller du Premier ministre Netanyahou et ancien ambassadeur d’Israël au Royaume Uni, est le nouveau président de l'Institut Abba Eban pour la diplomatie internationale. Suivez-le sur @AmbassadorMarkRegev sur Facebook.


**Commentaire de David Cohen: Il y des vérités qu'il faut rappeler sur l' absence de démocratie et de respect des droits de la personne dans les pays arabes , en particulier dans les territoires palestiniens sous la gouvernance de l' Autorité palestinienne en Cisjordanie et du Hamas à Gaza. L' occupation israélienne n' est pas la seule coupable de la situation dans ces territoires . La communauté internationale ne doit pas manquer de le rappeler aux dirigeants autocrates palestiniens.. Cependant, cela n' enlève pas la responsabilité d' Israël de respecter le droit international et les droits de la personne dans les territoires occupés, des droits qui sont souvent bafoués.


24 vues0 commentaire