Les récentes violences sur le Mont du temple/Al-Aqsa: Une perspective critique israélienne

Nimrod Novik, Fellow au Israel Policy Forum et ancien diplomate israélien

Traduit par David Cohen

Mai 2022


Un nouveau gouvernement, signes d’ une approche différente



Photo Israel Policy forum


Aperçu

Lorsque les Juifs se réunissent pour le Seder de la Pâque, la tradition veut que le plus jeune pose quatre questions, en commençant par « Pourquoi ce soir est-il différent ? » Même si la saison des fêtes est toujours avec nous et que des moments difficiles se profilent au cours des prochaines semaines, il semble que l'on puisse provisoirement affirmer que par rapport à il y a un an, les différences sont importantes, principalement pour le mieux.


Un changement dans le comportement d'Israël a contribué au fait que jusqu'à présent, nous n'avons rien vu de proche du niveau de violence de l'année dernière. D'un autre côté, plusieurs tierces parties – plus particulièrement la Jordanie, un ancien signataire de la paix, et les Émirats arabes unis, un nouveau normalisateur – ont exprimé leur désapprobation de la conduite d'Israël avec beaucoup plus de franchise que l'année dernière. Parallèlement, l'Égypte, qui était le pompier clé l'année dernière, n'a pas eu besoin de négocier un cessez-le-feu, mais fidèle à son approche pragmatique, elle a combiné la messagerie privée avec une prestation efficace en coulisse en appliquant la médecine diplomatique préventive. Enfin, bien que beaucoup moins engagés que lors des hostilités de l'année dernière et bénéficiant « d'yeux et d'oreilles sur le terrain » grâce à une ambassade au personnel complet, les États-Unis se sont avérés incapables de rester à l'écart. Son implication – des appels téléphoniques présidentiels à l'envoi de hauts diplomates du Département d'État – semblait à nouveau faire écho à la célèbre boutade d'Al Pacino dans le Parrain : "Juste au moment où je pensais que j'étais sorti, ils m'ont ramené à l'intérieur."


La bonne nouvelle

Une grande partie du crédit pour avoir empêché une explosion ressemblant à celle de l'année dernière doit revenir au changement de leadership israélien. Bien qu'ébranlé par quatre récents attentats terroristes qui ont coûté la vie à 14 Israéliens*, par la perte de sa faible majorité à la Knesset et par d'autres tensions découlant de la diversité sans précédent de la coalition actuelle, ce gouvernement israélien s'est montré déterminé à empêcher les extrémistes de mettre le feu à Jérusalem, la bande de Gaza et les villes d'Israël, comme elles l'ont fait en mai 2021.


En conséquence, le gouvernement a pris plusieurs mesures préventives, notamment :

• Les démolitions controversées (sinon provocatrices) de maisons palestiniennes et les expulsions de familles à Jérusalem-Est ont été suspendues.

• Les plans des extrémistes juifs pour des cérémonies religieuses provocatrices et obscures sur le mont du Temple ainsi qu'une entrée provocatrice de «marche du drapeau» dans les quartiers palestiniens ont été empêchés par la force.

• Les normes de conduite de la police ont été actualisées et ajustées pour tenir compte du lieu et du moment délicats.

• Israël a délivré des permis supplémentaires aux Gazaouis pour travailler en Israël et a mis en œuvre d'autres mesures d’aide destinées, entre autres, à dissuader le Hamas de tout risquer en ouvrant le feu.

• Des membres du Hamas et du Jihad islamique en Cisjordanie ont été arrêtés dans le but de contrecarrer les activités terroristes contre Israël et les Israéliens.

• Le gouvernement a prolongé la traditionnelle fermeture de dix jours du Mont du temple pour les visiteurs juifs à deux semaines pour la durée de la seconde moitié du Ramadan.

• Le bouclage de la Cisjordanie, qui durait par le passé toute la semaine de la Pâque, a été considérablement raccourci.

• Tout cela a été précédé d'une coordination discrète avec l'Autorité palestinienne (AP) et d'intenses consultations de haut niveau avec la Jordanie, afin de signaler l'adhésion à la clause du traité de paix israélo-jordanien de 1994 qui garantit le rôle de la Jordanie dans toutes les questions liées aux sanctuaires musulmans. dans la vieille ville et de coordonner les mesures préventives. Cela était conforme au renversement par le gouvernement Bennett de la politique de Netanyahu consistant à saper à la fois le rôle de la Jordanie dans ces questions et les relations bilatérales globales avec ce voisin critique.


A qui revient le mérite ?

Certaines des mesures prises peuvent être attribuées au plaidoyer de Tsahal, du Shin Bet et d'autres agences de sécurité, reflétant les leçons tirées de l'expérience de l'année dernière. D'autres reflètent une meilleure appréciation de l'impact de la violence liée à Al-Aqsa sur d'importants partenaires stratégiques. Ce n'est pas seulement la Jordanie qui a mis en garde contre les risques associés à une répétition des violences de l'année dernière. Ce message est également venu d'Abu Dhabi, de Manama et d'autres capitales arabes. Ce n'était pas non plus la première fois que ces nouveaux partenaires signalaient à Jérusalem que la normalisation bilatérale n'était pas à l'abri de l'effet de la violence dans la ville et l'arène palestinienne. Dès mai 2021, c'est le ministre de la Défense Gantz qui a reçu le message via plusieurs appels téléphoniques de son homologue émirati. Par la suite, le Premier ministre Bennett l'a entendu de son hôte à Bahreïn et le ministre des Affaires étrangères Lapid de ses invités au premier sommet du Néguev.


Bien que faible et souffrant d'un manque de légitimité populaire, mais ignorant les pressions pour rompre les relations avec Israël - y compris la coordination de la sécurité - le président palestinien Mahmoud Abbas a réagi de manière à la fois prudente et responsable. Tout comme la Jordanie, avec qui il travaille en étroite coordination, il a limité sa protestation à des mots, et non à des actes qui auraient pu aggraver encore les choses.


Deux autres joueurs méritent d'être félicités : les États-Unis et Mansour Abbas. Pas les compagnons de lit attendus, à la fois Washington et le chef du parti islamiste Ra'am (un partenaire de coalition du Premier ministre Bennett), ont fait pression pour des listes similaires de choses à faire et à ne pas faire, y compris empêcher la marche du drapeau d'entrer dans les quartiers palestiniens de Jérusalem et continuer la pratique de fermer le Mont aux non-musulmans pendant la seconde moitié du Ramadan.


Les mauvaises nouvelles

Sur le front politique intérieur, il semble que le Premier ministre Bennett et le député Abbas aient pratiquement épuisé l'espace politique offert par leurs partis respectifs. Dans les deux cas, les purs et durs idéologiques se sont levés contre ce qui était considéré comme cédant aux valeurs fondamentales : la liberté juive de visite, de prière et de démonstration brutale de souveraineté pour les sionistes religieux ; accès illimité et sans entraves aux musulmans pour le parti islamiste.


Sinon, sur le front intérieur, il s'est avéré que le message d'un nouveau mode de conduite n'a pas atteint toutes les couches des forces de l'ordre. Le phénomène du « caporal stratégique » – où l’inconduite d’un officier subalterne déclenche une crise – s’est exprimé dans des images virales de violence policière, alimentant des théories du complot infondées et alimentant les tensions.


Vis-à-vis des populations musulmanes locales, à la fois des Cisjordaniens et des citoyens arabes d'Israël, une politique israélienne d'une décennie consistant à saper toute entité revendiquant l'autorité concernant al-Aqsa a laissé le gouvernement et ceux qui agissent en son nom sans « adresse ». Si dans le passé on pouvait communiquer et se coordonner – discrètement ou non – avec un centre d'autorité qui pouvait exercer une influence sur la jeunesse incitée, ce n'est plus le cas. Empêcher toute présence de l'AP, saper le rôle de la Jordanie et castrer la puissance du Waqf a ouvert la porte aux agitateurs les plus extrêmes - le Hamas, le Jihad islamique palestinien (JIP), la branche nord du mouvement islamique d'Israël et d'autres - pour inciter à la violence, forçant les Israéliens à police pour relever des défis pour lesquels elle n'a pas été conçue.


Les dynamiques intra-palestiniennes ont également été affectées par ces événements, et pas pour le mieux. Soucieux de ne pas impliquer Gaza dans une nouvelle série de combats avec Tsahal, le Hamas – ainsi que le JIP – ont limité leur activité à inciter à distance la jeunesse palestinienne à manifester violemment sur et autour du Mont. Tous deux se sont également vantés que ce sont leurs menaces qui ont forcé Israël à retenir les extrémistes juifs et à fermer la zone aux non-musulmans. Par conséquent, presque sans coup férir, le Hamas a renforcé la fausse dichotomie selon laquelle le Hamas et le JIP « protègent Jérusalem » alors que l'AP est « complice de l'agression israélienne ». Sapant davantage ce qui restait de la légitimité de l'AP, cela a été perçu comme une continuation des politiques israéliennes qui renforcent les extrémistes tout en affaiblissant les modérés.


Au niveau régional, les réactions se sont révélées moins indulgentes qu'elles ne l'étaient en mai 2021. Le Premier ministre jordanien est allé jusqu'à exprimer son soutien aux lanceurs de pierres palestiniens ; les Émirats arabes unis ont non seulement émis de vives condamnations publiques (ce qu'ils avaient évité de faire l'année dernière), mais sont allés plus loin en convoquant une session d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU sur le sujet. Ce ne sont là que les exemples les plus frappants. Interrogé sur la raison des réactions plus énergiques à des développements moins violents, un diplomate du Golfe a laissé entendre sa frustration face à ce qui avait été perçu comme une réaction israélienne insuffisante aux alertes précoces. Israël semble moins sensible à l'effet des images de violence au sanctuaire sacré, qui servent les adversaires de ses partenaires de paix qui cherchent à saper la stabilité interne et la légitimité du régime, a-t-il ajouté.


Bien que les différents messages de mise en garde répétés de ces capitales n'aient guère été ignorés, il semble qu'Israël ne les ait pas totalement intériorisés. En effet, interrogés à ce sujet, plus d'un membre du Cabinet s'est dit consterné par les vives réactions face à "tout ce que nous avons fait pour empêcher l'escalade".


Conclusion

Une décennie d'érosion du statu quo du mont du Temple, mieux résumée par l'ancien Premier ministre Netanyahou comme « les musulmans prient, d'autres visitent », s'est accélérée au cours de ses dernières années au pouvoir et a contribué à la violence de l'année dernière et aux tensions de cette année. Tous ceux qui s'inquiétaient à juste titre en 2021, qui apprécient la nette amélioration de 2022, et qui souhaitent que les fêtes de fin d'année 2023 soient encore plus calmes et apaisées, ne doivent pas perdre une journée à s'occuper de ce dossier complexe. Des recommandations valables se trouvent dans les autres mémos de cette compilation**, mais elles doivent toutes commencer par clarifier l'essence du statu quo, imposer un respect strict de celui-ci et responsabiliser la Jordanie et, en son nom, le Waqf, tout en trouvant des moyens de coordonner le tout. tant avec l'AP qu'avec les autres partenaires de paix d'Israël. C'est dans cet esprit que la décision israélo-jordanienne rapportée de convoquer le comité bilatéral de Jérusalem peu après le Ramadan doit être saluée.


*Depuis le 20 mars, en date du 8 mai 2022, on compte 19 israéliens et 30 palestiniens tués suite aux attaques terroristes et à la réponse des forces israéliennes.

** Les articles refletant les perspectives palestinienne, jordanienne et egyptienne ne paraissent pas sur mon blog mais vous pouvez y accéder en anglais https://israelpolicyforum.org/critical-neighbors-egypt-jordan-and-the-israeli-palestinian-arena/


22 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

La voie de l'isolement dévastera l'économie du pays - même de modestes avancées vers la modernisation ne compenseront pas le fardeau démographique Gilad Malach, Times Of Israel Blog;https://blogs.time