Pourquoi la gauche pro-palestinienne ne veut pas faire partie du « cercle de la paix »

Pendant de longues décennies, la gauche a menacé et cajolé les Israéliens : seule la fin de l'occupation inaugurerait la normalisation avec le monde arabe. Les États du Golfe, Trump et maintenant Biden ont enterré cette équation


Anshel Pfeffer

Haaretz, 14 juillet 2022

Traduit par David Cohen

Commentaires*



File Photo: A BDS protest in Paris, 2015. Credit: AFP


Ils ont dit que les accords d'Abraham étaient un autre coup de pub vide de la part de l'administration Trump, et qu'une fois que quelqu'un d'autre serait en charge à la Maison Blanche, l'ancienne orthodoxie diplomatique - selon laquelle tout véritable engagement entre Israël et les États arabes serait conditionné à la question palestinienne. – s’appliquerait de nouveau.


Biden a atterri à l'aéroport international Ben Gourion au début de sa tournée au Moyen-Orient le 13 juillet et a clairement indiqué qu'il était pleinement attaché à l'héritage de son prédécesseur.


La coopération régionale entre Israël et les régimes arabes a été au sommet de son ordre du jour. Ou, comme le dit la déclaration de Jérusalem qu'il a signée jeudi avec Yair Lapid, il veut "élargir le cercle de la paix pour inclure toujours plus d'Etats arabes et musulmans".


Qu'en est-il des Palestiniens apatrides ? Biden veut toujours qu'ils obtiennent un État à côté d'Israël mais, comme il l'a admis à son arrivée, "je sais que ce n'est pas à court terme". Pour l'instant, les Palestiniens ne sont pas dans le cercle de la paix. Où cela laisse-t-il ceux qui veulent encore mettre fin à l'injustice de l'occupation de millions de personnes sous le régime israélien ?


Pendant de longues décennies, la gauche a utilisé une approche du bâton et de la carotte pour essayer de convaincre les Israéliens de faire des compromis avec les Palestiniens. Le bâton était la menace de ce qu'Ehoud Barak, l’ancien premier ministre israélien, appelait un "tsunami diplomatique" - un raz-de-marée de sanctions diplomatiques et financières qui briseraient l'économie israélienne si le conflit n'était pas résolu.


Cela ne s'est pas concrétisé et le mouvement BDS, qui a récemment célébré son 17e anniversaire, n'a pas non plus réussi à s'imposer dans le monde réel en dehors des médias sociaux. L'économie d'Israël a prospéré, et il a maintenant des relations diplomatiques avec plus de pays que jamais.


La carotte devait être une ouverture du monde arabe, avec toutes les opportunités qui l'accompagnent pour le commerce, le tourisme et les liens de sécurité. Ce prix étincelant serait remis à Israël seulement s'il mettait fin à l'occupation en premier. Il s'avère qu'Israël obtient ce prix sans d'abord payer le prix.


Cela ne devait pas se passer comme ça. Israël était censé ressembler à l'Afrique du Sud. S'il ne se conformait pas aux exigences de la communauté internationale, il subirait des sanctions débilitantes et un isolement international qui l'y obligerait.


Ce n'est pas un hasard si les organisations de défense des droits de la personne en sont venues à accuser Israël du péché d'"apartheid" seulement après les accords d'Abraham. Pourquoi maintenant? Le récit détaillé de l'occupation et de la discrimination des Palestiniens dans les différents rapports sur l'apartheid décrit un régime israélien en place depuis de longues décennies. Mais l'hypothèse de travail pendant si longtemps a été que l'occupation était insoutenable et qu'Israël ne pouvait pas continuer à échapper à la punition pour ses crimes pendant si longtemps.


Lorsqu'il est apparu qu'Israël restait non seulement impuni mais aussi récompensé, ces organisations de défense des droits de la personne ont finalement décidé de déployer leur bombe atomique. Mais à ce moment-là, il était trop tard. Les arguments pour savoir si l'étiquette d'apartheid est justifiée ou non ne sont plus pertinents. Tout est académique maintenant que le train Abraham a quitté la gare.


Il y aura ceux qui n'accepteront pas les faits et continueront à penser que la normalisation est réversible - qu'à un moment donné Israël fera quelque chose aux Palestiniens qui fera que les Émiratis et les Saoudiens menaceront de prendre des distances avec Israël s’il ne change pas de cap.


Mais au cours des deux dernières années, depuis la signature initiale des Accords, nous avons connu deux périodes de tension à l'intérieur et autour d'Al-Aqsa sur le Mont du Temple, l'une d'entre elles ayant entraîné une guerre totale à Gaza, et pas un mot n'a été entendu de cette direction. Peut-être que cela ne restera pas le cas à l'avenir mais, jusqu'à présent, il semble que ces deux pays ne conditionnent pas leurs liens avec Israël à la situation des Palestiniens, et rien n'indique que cela changera dans un avenir prévisible.


Une autre option est d'aller dans un déni encore plus profond et de dire que rien de tout cela n'a d'importance - parce que les dirigeants des pays arabes qui s'engagent avec Israël ne représentent pas réellement leur peuple. Que tout cela ne vaut rien puisque ce ne sont que de sales affaires entre autocrates. À un certain niveau, c'est vrai, mais c'est aussi de l'hypocrisie crasse.


Lorsque le processus diplomatique avec les Palestiniens semblait aller quelque part, personne qui était réellement au courant de ce qui se passait sur le terrain ne se faisait d'illusions sur le fait qu'Israël était sur le point de faire la paix avec une démocratie modèle. Yitzhak Rabin a dit la même chose lorsqu'il aspirait à une Autorité palestinienne qui s'occuperait du Hamas "sans la Cour suprême et sans B'Tselem" - c'est-à-dire sans les inconvénients de l'État de droit ou de la société civile gardienne des droits de la personne.


Ceux qui tentent de dévaluer les accords d'Israël avec les dictateurs arabes simplement parce qu'ils sont des dictateurs ne semblent pas avoir les mêmes appréhensions lorsqu'il s'agit de poursuivre des accords avec l'Iran. Ironiquement, c'était l'argument de la droite – qu'Israël n'aurait jamais la paix avec les Arabes jusqu'à ce qu'ils se démocratisent.


Dans le monde réel, c'est là que nous en sommes. Le conflit israélo-arabe est terminé et le conflit israélo-palestinien ne mérite plus le soutien, la sympathie et le capital politique dont il a pu bénéficier autrefois. Cela signifie, pour qui veut sincèrement trouver un moyen de maintenir au moins vivante la perspective d'une solution à la question palestinienne, accepter les faits et travailler avec eux. Dans un avenir prévisible, Israël ne subira pas de pression pour le faire. Les principaux acteurs arabes de la région sont intéressés par des relations plus étroites avec Israël, quels que soient les progrès réalisés sur le front palestinien. Ce sont les paramètres, pour l'instant.


Tout changement devra donc venir de l'intérieur des sociétés israélienne et palestinienne et sera graduel et douloureusement lent. Joe Biden a accepté cela. Mais il reviendra la semaine prochaine à Washington. Ceux qui restent ici doivent faire face à la réalité sur le terrain.


*Commentaires de David Cohen

Je suis généralement d’accord avec l’analyse d’Anshel Pfeiffer, à savoir que dans un avenir prévisible, Israël ne subira pas de pression pour régler la question palestinienne et que tout changement devra venir de l'intérieur des sociétés israélienne et palestinienne, et ce changement devrait être graduel et douloureusement lent. J’ajouterais qu’il faut être deux pour arriver à un accord. Or ni Yair Lapid ni Mahmoud Abbas ont la crédibilité et la légitimité pour le faire dans un avenir proche.

12 vues0 commentaire